skip to Main Content

FAUT-IL ÊTRE BELLE POUR S’AIMER ?

Intériorisé depuis l’enfance, il a pris pour guide le roman de notre vie, qui donc ? Le physique !

Il s’est construit par entrechocs continuels entre les beautés papiers d’une société dictée par photoshop et nos modèles parentaux. Notre gêne devant nos disgrâces ou le masque de l’âge derrière lequel s’est fixée l’image plus valorisante de nos jeunes années, méritent une réflexion sur soi…

Comment faire avec ? La médecine esthétique est-elle un échappatoire ?

Nous constatons lors d’une consultation au centre Arthestic, que les demandes d’embellissement proviennent d’un désir différent en fonction de l’âge, du sexe et du milieu social. Certaines personnes éprouvent un mal-être général; d’autres aiment leur corps. Souvent, parce qu’elles n’ont pas une bonne estime d’elles-mêmes, qu’elles ne s’aiment pas, et non l’inverse. Et dans cette estime de soi, on peut mettre : la confiance en soi, l’image que l’on a de soi-même, son histoire, ses rapports aux autres, et tout ce qui peut être de l’ordre de l’inconscient….Le métier de médecin esthétique ne consiste pas seulement à corriger un détail mais à vous aider à vous accepter tel que vous êtes.  C’est pour cette raison que nous expliquons à nos patients qu’ils ne doivent pas exclure d’emprunter le chemin de l’intériorité pour valoriser son image après un acte médico-esthétique… Au centre Arthestic, nous croyons profondément à une approche plus humaine…

 

 

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.