skip to Main Content

FAUT-IL COMMENCER TÔT LA MÉDECINE ESTHÉTIQUE ?

On dit que « les patient(e)s qui commencent tôt et avec parcimonie les actes de médecine esthétique auront toujours un visage plus naturel que celles qui se décident à passer le cap trop tardivement. » Cette information est-elle vraie ?

On fait le point avec l’un de nos médecins expert, le Dr Plasqui Marilyne :

Franchir le pas dès 30 ans, surprend toujours ! Pourtant, le phénomène n’est plus réservé à quelques personnes…  Au contraire, dans certains pays asiatiques, les femmes qui fantasment sur les visages sans rides entament les procédures à 25 ans. Et c’est fait là-bas sans que cela ne choque personne. En France, l’idée est toute nouvelle et même un peu perturbante pour nous… Sauf pour la nouvelle génération, qui a grandi avec les réseaux sociaux et les nouvelles icônes de mode comme Kim Kardiashian, Kelly Jenner, et qui les a vu se faire faire des traitements esthétiques plus ou moins réussis mais surtout très tôt…

La science est maintenant là pour le prouver ! En commençant tôt les actes de médecine esthétique, on arrive à pallier les effets du temps avec des techniques plus douces et plus légères. Les effets du temps sont ralentis, les peaux sont améliorés. Ces soins sont  bien sûr disponibles au centre ARTHESTIC comme la mésothérapie profonde ou superficielle, la LED, les peelings…

A un âge plus avancé, il faut des traitements plus adéquats et ciblés comme les injections ou les fils tenseurs, pour obtenir le même résultat, ou espérer s’en approcher, car, lorsqu’une ride est installée, il n’est pas toujours facile de la déloger !

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.